Bachelor Web

Une semaine avec une étudiante WEB

En immersion avec une étudiante en 1e année de WEB dans le cadre d'une semaine intensive.

“ Vous avez une vidéo à faire de 2 à 3 minutes en 720p minimum par équipe de 5 sur le sujet de l’Internet. Bonne chance !”

Jour 1 : Out of the box

Il est 09h00 tapante et les hostilités commencent avec les étudiants de la 1e année WEB. C’est avec Yann Le Scouarnec, intervenant à HETIC, que les étudiants entament leur toute première journée du cursus. Au programme : une semaine intensive !

L’annonce de cette nouvelle laisse quelques étudiants perplexes et affolent les autres. Y. Le Scouarnec leur expose les conditions et les enjeux de la semaine ; ils ont jusqu’au vendredi 9 octobre pour créer et monter une vidéo de 2 à 3 minutes sur le sujet de l’Internet. Un thème très vaste donc, qui laisse planer un vent de panique sur les nouveaux Héticiens qui n’ont pas encore eu l’occasion de tous se rencontrer.

Durant ces 5 jours, nous décidons de suivre une élève, Jade MIHAMI, jeune étudiante de 18 ans tout droit sortie d’un bac L qui nous livre ses premières impressions :

Une fois la présentation terminée, chaque étudiant se regroupe pour faire connaissance avec les membres de son équipe ; nous demandons à Jade de nous introduire à l’ensemble de ses camarades composé de : Régis MARTON, Florian MARUSIC et Denis MASOT. Apparemment, aucun d’entre-eux ne s’attendaient à attaquer leur première journée de cette manière, mais qu’importe ! Tous partage le même engouement et la même détermination pour mener à bien ce projet.

La journée tire à sa fin et les esprits commencent déjà à s’échauffer : “ On était 5 à une table et on se disait : On fait quoi ? C’était vraiment la panique pour trouver des idées, ça allait dans tous les sens, je me suis dis : On va jamais y arriver.", Jade et son équipe se donne donc rendez-vous demain à 10h00, frais et dispo !

Jour 2 : 10h00 Remue-ménage

Nous retrouvons l’ensemble du groupe en salle 7 ; ambiance studieuse, chacun s’affaire à ses tâches respectives. Nous nous dirigeons vers Jade et prenons des nouvelles sur l’état d’avancement du projet. Apparemment, il manque un membre de l’équipe qui a dû s’absenter pour des raisons professionnelles, mais cela n’a pas l’air d’inquiéter l’ensemble du groupe plongé dans leur recherche de scénographie. Visiblement, l’idée du scénario est déjà toute trouvée : “ Notre idée c’est de faire une vidéo un peu dramatique, tragédie sur l’usurpation d’identité.” Fort de cette information, nous comprenons mieux pourquoi, Denis parcoure les profils Facebook sous une fausse identité. 

Pas si simple de s’inventer une vie !

J’essaie de faire le storyboard [...] et Florian est en train de regarder l’organisation des plans et du scénario.“ nous récapitule Jade. De toute évidence la machine est bien rodée et en même temps, ils n’ont guère le choix puisque la journée de demain intègre un cours obligatoire de suivi et puis, le maillon manquant est en charge du matériel vidéo ce qui est problématique. Aucun intérêt pour l’équipe de se précipiter sur le tournage tant que toutes les conditions ne sont pas réunies et que la validation du storytelling n’est pas faite !

Il est 12h30, l’heure de manger.

L’équipe s'octroie une petite pause de...4h00 nous dit-on ?! Un peu surpris par tant de décontraction, nous remarquons très rapidement que l’ambiance est blagueuse et détendue, tous apprennent à se connaître ; l’occasion de parler des histoires de chacun entre deux bouchées et de préparer les objectifs de l’après-midi.

Un repas englouti et 30 minutes plus tard, les 4 compères retournent à leur obligation. L’idée d’un micro-trottoir a germé et c’est Florian qui nous explique le concept :

Un projet très prometteur donc, et qui regroupe de nombreuses techniques cinématographiques que contient les formats du court métrage et du micro-trottoir.

Nous laissons l’équipe travailler, il est 17h00 et chacun rentre chez-soi se reposer. Juste avant de partir, nous attrapons Jade pour avoir un compte-rendu de la journée : “ On se débrouille comme on peut, on a fini le scénario, après les plans on est encore en train de travailler dessus [...] on va y arriver, on y croit !

Ça promet !

Jour 3 :12h00 Journée charnière

Nous retrouvons l’équipe après le déjeuner et au complet cette fois ci ! Ils viennent tout juste de faire le point avec les intervenants pour valider le storytelling ; ils nous confient que le rendez-vous était surtout une occasion de prendre la température, savoir si tout se passait bien et que personne ne fasse de hors-sujet, mais que les intervenants ne voulaient pas se spolier les histoires !

Il est donc temps de se mettre au travail. Le plus gros du projet se fait aujourd’hui : terminer les plans, peaufiner les dialogues et filmer toutes les scènes pour le court métrage. Manque de chance, 2 membres de l’équipe doivent s’absenter pour des raisons professionnelles une fois de plus. Décidément, les galères s’accumulent et la panique pointe le bout de son nez. Les 3 acolytes se retroussent les manches : pas le choix ! Il faut bien sortir quelque chose.

Les voilà donc partis avec leur matériel sous le bras et une idée approximative de la manière dont ils doivent l’utiliser. Munis d’un appareil photo de la marque Canon, d’une Gopro HERO 3+ et de leur téléphone, les 3 étudiants se débrouillent tant bien que mal à filmer les scènes ; entre les micros-trottoirs et les captations cinématographiques, la pression devient omniprésente, les esprits s’échauffent et les voix montent.

 

Panic attack for Jade while filming today and presentation is tomorrow !

Une vidéo publiée par HETIC (@instahetic) le 8 Oct. 2015 à 9h30 PDT

Heureusement, le reste de l’équipe arrive ! Il est 17h00, le moment idéal pour filmer les plans en intérieur et avoir l’école pour eux tout seul. C’est dans la boîte !

Jour 4 : 11h00 Dernière ligne droite

L’équipe s’est remise de ses émotions et se retrouve en salle 7 pour peaufiner et ajuster le travail de la veille. Au programme : montage vidéo, filmer les scènes manquantes et préparer la soutenance de demain. La fatigue se voit sur leur visage, mais la bonne humeur est toujours présente. Nous discutons du tournage de la veille avec Jade “ Il y a eu quelques pétages de plombs ou on a beaucoup rigolé, mais ça a permis de mieux nous connaître, d’avoir du feeling et c’était marrant !” Heureusement, aujourd’hui ça va mieux, Jade nous montre le powerpoint qui sera utilisé lors de la présentation de demain : l’équipe avance bien et elle y croit !

A 13h00, nous décidons de suivre une partie de l’équipe qui s’en va filmer les dernières scènes manquantes pour leur micro-trottoir. Régis est déterminé et prend le pas pour accoster les passants dans la rue, suivit de Florian et Denis qui ne sont pas en reste pour grappiller quelques informations sur les identifiants des passants. Exercice pas si évident ; certains jouent le jeu, d’autres sont pressés ou méfiants. Les 3 compagnons rassurent tout de même les passants “ C’est un projet d’école, nous nous engageons à ne rien divulguer de notre conversation et si besoin, vous pouvez nous trouver à l’école HETIC au 27 bis rue du Progrès, 1e rue à droite” s’empresse de dire Régis. Euh.. Régis ? Nous espérons qu’il est sûr de son coup, l’occasion pour nous d’échanger avec l’équipe sur le droit à l’image et de converser légèrement sur le piratage informatique et la non information.

Après quelques passants, nous décidons de rentrer à l’école voir l’avancement du reste du groupe. 

Plutôt confiant, nous continuons de discuter de logiciels de post-production avant que l’équipe de tournage ne revienne de son excursion. A peine arrivé, Florian et Denis se ruent sur leur ordinateur afin de regarder les pages de leurs personnages fictifs, une question nous brûle les lèvres : combien de personnes avez-vous réussi à avoir comme Amis ? “ On a 200 amis !” me dit fièrement Florian. Pas mal ! “ Bon certains nous paraissent douteux, on est pas encore sûr.” Cela devrait suffire pour les dernières scènes en screencasts (enregistrement vidéo d'un écran d'ordinateur.)

Après quelques retouches ici et là, toute l’équipe voit le bout du chemin ; la présentation est terminée, les scènes sont tournées, ne reste que le montage et pourquoi pas un petit bêtisier !

La journée touche à sa fin et l’équipe au grand complet rentre chez elle parfaire sa tenue pour demain. Tout le monde où presque, puisqu'ils doivent encore terminer le montage vidéo : H-20 avant la présentation.

Jour 5 :15h45 La soutenance

La veille au soir, toute la promotion a reçu l’heure de passage de son groupe. Une méthodologie permettant de garder la tension jusqu’à la dernière minute. Avec bonheur, l’équipe de Jade passe à 16h, pour autant chacun se doit d’assister à la présentation de tous les groupes. Nous apercevons toute l’équipe assise au milieu des rangs, légèrement agitée, exaltée, mais aussi un peu paniquée !

Le film se lance et dès les premières secondes, la salle s'éteint sous un silence religieux avant de terminer par des éclats de rire à la vue du bêtisier mettant en scène Régis dans le rôle du réalisateur tyrannique. Arrive la présentation, chacun leur tour, ils exposent leur difficultés, leurs doutes, les solutions envisagées ensemble, et l’idée où tout a émergé.

Ce qui est génial, c’est que ça arrive en vrai donc c’est forcément, encore plus drôle !” se plaisante Yann Le Scouarnec, “ Pas mal, pas mal, la présentation, je la trouve très bien, elle est très clair [...] vous vous êtes trop descendu par contre.” Chaque membre du jury donne son avis autant sur le court métrage, que sur la présentation.

Une fois l’ensemble de la promotion passée, nous nous dirigeons vers Jade pour récolter ses impressions suite à l’avis du jury.

Denis à l’air d'acquiescer, ils ont survécu à l’heure première semaine !

Avant de partir, nous demandons à Jade si elle a un dernier mot. Elle en a un. “ Bonne chance !

Pour voir le court métrage réalisé par toute l'équipe, rendez-vous sur notre chaîne Vimeo !